« Nous sommes déjà en pleine crise de l'approvisionnement en céréales »

« Nous sommes déjà en pleine crise de l'approvisionnement en céréales »

Depuis 2016, Werner Baumann dirige le groupe agro-chimique et pharmaceutique allemand Bayer. En entretien avec la «NZZ», il explique rapidement ce que signifie la guerre en Ukraine pour son entreprise et pour l'approvisionnement alimentaire.

jeudi 24 mars 2022

Monsieur Baumann, comment la guerre a-t-elle modifié la situation en Ukraine pour Bayer?
La situation sur le terrain est dramatique. Nous condamnons fermement la guerre d'agression contre un État libre et démocratique; rien ne la justifie. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider au mieux nos employés, nos agriculteurs et nos patients. Nous avons en Ukraine environ 700 employés. Plus que la moitié d'entre eux sont actifs dans le secteur agricole, à savoir dans les secteurs des semences et des produits phytosanitaires. L'autre domaine concerne les médicaments. La production et la distribution des semences pour les périodes de plantation de mars et d'avril sont largement terminées. Les goulets d'étranglement sont à présent à l'importation parce qu'il n'y a pas de capacité de transport et de logistique. Nous avons assuré un service d'urgence pour les besoins urgents de médicaments que nous apportons avec nos propres convois en Ukraine.

Comment Bayer apporte-t-elle son soutien au personnel ukrainien ?
Nous avons apporté un soutien financier supplémentaire à très court terme à nos collègues ukrainiens et nous avons assuré le maintien des salaires pour les mois à venir. Entre-temps, environ 250 personnes, y compris des membres de la famille, sont en dehors du pays. Pour ces derniers, nous nous préoccupons du lieu dans lequel ils sont hébergés et de la manière dont ils sont accompagnés. En outre, le groupe et ses effectifs ont affecté plusieurs millions d'euros à l'aide humanitaire, et ce, de diverses manières.

Bayer est également active en Russie. Y restez-vous ?
Nous avons fortement réduit les activités dans ce pays. Nous avons cessé d'investir et de faire de la publicité. En revanche, la fourniture de médicaments à la population civile et la distribution de semences et de produits phytopharmaceutiques se poursuivent. Un arrêt total impacterait les patients et alourdirait encore le système alimentaire. Par exemple, nous continuons à fournir des médicaments contre le cancer, dont dépendent les patients russes. Nous voulons maintenir cette chaîne logistique pour des raisons éthiques.

Quel sera l'impact de la guerre sur le développement de l'ensemble du groupe?
Une estimation complète est actuellement difficile à réaliser. Nos activités en Ukraine représentent moins d'un pour cent du chiffre d'affaires du groupe, celui de la Russie représentant environ 2 pour cent. Nous pourrons amortir les risques de l'entreprise. Mais des effets secondaires et tertiaires sont particulièrement présents dans le domaine de l'approvisionnement énergétique et des prix de l'énergie. On ne sait pas dans quelle mesure les livraisons de gaz en provenance de Russie se poursuivront. Au cours de la dernière décennie, Bayer a considérablement réduit ses besoins en énergie en raison de la modification du portefeuille.

La Russie et l'Ukraine sont les greniers à blé de l'Europe. Les mises en garde contre les famines sont-elles justifiées ?
La question n'est pas de savoir si une crise alimentaire aura lieu, mais bien, quelle sera la gravité de cette crise. Nous sommes maintenant confrontés à une crise de l'approvisionnement en céréales. La situation a déjà été tendue en raison de la pandémie, des phénomènes météorologiques et des récoltes relativement faibles et en Afrique et en Amérique latine, comme le montre la hausse des prix des matières premières. La guerre a exacerbé ce phénomène dramatique. Aujourd'hui, beaucoup plus de personnes sont touchées par la famine qu'il y a deux ou trois ans. La crise va empirer dans la mesure où les gouvernements et les entreprises ne peuvent pas se coordonner et lancer des actions concertées.

Y aura-t-il encore une récolte importante en Ukraine et la Russie continuera-t-elle à exporter des céréales ?
Nous avons maintenant le même problème qu'auparavant dans la lutte contre la pandémie. Lorsque la pandémie a éclaté, chaque gouvernement a tout d'abord regardé les intérêts nationaux et arrêté l'exportation partielle de masques et de produits similaires. De telles interventions politiques ont interrompu les chaînes logistiques qui ont encore fonctionné. Nous assistons maintenant à quelque chose de similaire. Certains États ont souhaité conserver leurs stocks de céréales dans le pays. Ils aggravent ainsi la crise au lieu de la gérer de manière efficace par le biais de la coopération internationale au niveau mondial. Nous essayons de ne pas répéter ces erreurs.

Quelles régions sont les plus touchées par la pénurie de céréales ?
Pour nous, en Europe, cela devient plus cher, pour beaucoup d'autres, surtout en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, cela devient trop cher. Là-bas, cela devient critique de doubler ou de tripler le prix du pain. Une bombe à retardement sociale est en train de se développer. Si la sécurité alimentaire n'est plus garantie, la paix sociale est en danger. Il existe une corrélation directe entre la pénurie alimentaire et la violence.

Dans le secteur de l'agriculture biologique, les rendements par hectare sont inférieurs à ceux de l'agriculture conventionnelle. L'UE et l'Allemagne doivent-elles revoir leur politique agricole « plus écologique » ?
Parfois, les connaissances scientifiques sont niées pour des raisons idéologiques. Il est clair que : Nous ne devons pas faire jouer un seul secteur agricole contre l'autre. Il est certain que les défis de l'approvisionnement alimentaire ne peuvent être maîtrisés que par des solutions innovantes. Dans le cas des aliments pour animaux, des denrées alimentaires et des matières premières renouvelables, l'agriculture est aujourd'hui en mesure d'aller bien au-delà de la capacité de régénération de notre planète. Aujourd'hui, le problème supplémentaire est que, selon les prévisions, la population mondiale atteindra les 10 milliards au cours des 25 prochaines années. Nous devons donc réduire la consommation de ressources et nourrir 25 % de personnes en plus. L'agriculture ne peut être utilisée que dans le cadre d'une agriculture intensive durable, c'est-à-dire une réduction de la consommation des terres et une augmentation simultanée des rendements des cultures. L'agriculture biologique génère des produits que beaucoup n'auront pas les moyens de se payer.

L'intensification de l'agriculture crée de nouveaux problèmes tels que la menace pour la biodiversité ou l'appauvrissement des sols.
C'est précisément ce qui ne doit pas se produire. La transition vers une agriculture durable, avec des incidences environnementales réduites et moins d'émissions de CO2, est sans alternative. Dans la situation actuelle, nous ne devons pas non plus réduire nos efforts. Avant la crise énergétique massive, l'agriculture moderne a un rôle important à jouer.

Pouvez-vous être plus concret ?
Je donne quelques exemples. Aujourd'hui, plus de 2 pour cent de la consommation mondiale d'énergie primaire se trouve dans la production d'engrais azotés. Les légumineuses peuvent lier l'azote de l'atmosphère à l'aide de microbes, de nombreuses autres plantes ne peuvent pas le faire. Si nous parvenons à développer et à configurer ces microbes de manière à ce que les céréales puissent elles aussi lier l'azote, nous pourrons alors réduire l'utilisation d'engrais azotés de 30 % dans ce domaine, pour la prochaine année d'utilisation de l'énergie. Nous et d'autres entreprises sommes actifs dans ce domaine et réalisons de bons progrès. Grâce aux méthodes de l'agriculture numérique, nous possédons des connaissances sur la nature du sol, l'humidité, la teneur en éléments nutritifs, la météo, les variétés de semences, etc., qui permettent une augmentation de la productivité. Enfin, les petits exploitants représentent un grand potentiel. Dans de nombreux pays, ils représentent une part importante de l'offre agricole, mais le rendement des cultures est souvent bien en deçà de leurs capacités en raison du manque de connaissances et de l'accès à de meilleurs produits. Nous voulons atteindre 100 millions de petits exploitants d'ici 2030 afin d'accroître leur productivité. Entre-temps, nous avons déjà réussi à atteindre la moitié d'entre eux.

La nutrition par la viande nécessite beaucoup plus de terres agricoles que par les céréales. Devrions-nous tous devenir végétariens ?
Dites cela à des gens qui n'ont pas encore atteint notre niveau de prospérité. Pour nous aussi, un long chemin a été parcouru entre le moment où il y avait un rôti de dimanche une fois par semaine, en passant par une consommation de viande plusieurs fois par jour jusqu'à l'abandon volontaire d'aujourd'hui. En outre, nous sommes nombreux à payer 30 % de plus pour une saucisse à tartiner bio. Mais, dans le monde entier, la majorité n'a pas les moyens pour cela. La culture de la renonciation augmente en Europe, mais elle est à un faible niveau par rapport à une population mondiale qui souhaite un jour pouvoir manger de la viande. Au niveau mondial, nous allons encore assister à une augmentation de la consommation de viande de nombreuses années à venir.

Sa production est moins gourmande en énergie qu'auparavant. Les prix élevés de l'énergie ne sont-ils pas un problème pour Bayer ?
L'industrie chimique a besoin en principe d'un approvisionnement sûr en énergie primaire, en particulier en gaz, tout en ayant un prix abordable de l'énergie. En l'absence de suffisamment de gaz, il existe la menace de réactions en chaîne. L'industrie chimique se trouve le plus souvent au début de la chaîne de valeur. Si les produits ne peuvent plus être produits pour tous les autres pays industrialisés, la quasi-totalité de ce pays est à l'arrêt. En cas de défaillance de l'énergie primaire, une grave récession se produirait. Pour Bayer en tant qu'entreprise des sciences de la vie, les coûts supplémentaires jouent un rôle secondaire.

En Allemagne, beaucoup de gens demandent de mettre immédiatement un terme à toutes les livraisons d'énergie en provenance de Russie.
J'ai beaucoup de sympathie pour les gens qui ont cette position absolue, parce qu'ils disent, par conviction profonde, qu'il y a là une injustice criante. Nombreuses sont les personnes qui disent chauffer deux pièces sur trois, par exemple, et réduire ainsi leur consommation d'énergie de 30 %. Mais la situation est beaucoup plus complexe. S'il y avait des pénuries d'énergie en Allemagne, une grande partie de l'économie serait à l'arrêt comme nous l'avons dit. Beaucoup de gens ignorent l'ordre de grandeur des bouleversements économiques qui en résulteraient.

Aux États-Unis, vous êtes toujours confronté à des plaintes contre le produit phytopharmaceutique Roundup avec la substance active glyphosate du groupe Monsanto, adopté par Bayer en 2018.
Ces derniers mois, nous avons fait des progrès considérables même si la question n'est pas encore entièrement traitée. Fin 2021, nous avons obtenu gain de cause dans deux affaires et une troisième plainte a été retirée par les plaignants. Pour des raisons de stratégie, nous avons également décidé dès le début de porter l'affaire Hardeman devant la Cour suprême des États-Unis. La question est de savoir si le droit fédéral est supérieur au droit des États fédéraux. Nous avons un produit réglementé positivement par l'agence américaine pour l'environnement (EPA) depuis des décennies, soumis à des obligations de plusieurs États fédéraux des États-Unis, qui sont en droit de recours au niveau fédéral. Nous supposons que, d'ici le milieu de l'année, la Cour suprême devrait prendre en charge cette affaire car, elle l'estime suffisamment pertinente. Dans le cas contraire, nous aurons recours à notre plan cinq points soumis en 2021. Si la Cour de justice accepte cette affaire et rend une décision allant dans notre sens, tout le thème de la responsabilité sera très largement réglé, et en particulier dans les cas futurs de lymphomes non hodgkiniens (LNH).

Cette interview est parue pour la première fois le 19 mars 2022 sous le titre «Wir sind bereits mitten in einer Getreide-Versorgungskrise» dans le quotidien Neue Zürcher Zeitung.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité