Miel en baisse – prix en hausse

Miel en baisse – prix en hausse

Le printemps froid et l’été humide ont lourdement pesé sur l’activité des abeilles et la production de miel. Les volumes récoltés se sont littéralement effondrés par rapport à l’année précédente. Le miel suisse devient une denrée rare et les prix devraient s’envoler.

vendredi 21 janvier 2022

Comme l’écrit le BauernZeitung sur la base d’un communiqué de presse d’Apisuisse, une ruche pouvait produire jusqu’à 40 kg de miel en 2020 dans certains cantons. Cette année, la quantité a chuté à 7,2 kg sur l’ensemble de la Suisse. Et si le Tessin n’avait pas été largement épargné par le mauvais temps, les quantités récoltées auraient été encore plus faibles. Pour Apisuisse, ce sont les conditions météorologiques du printemps jusqu’à la fin de l’été qui sont à l’origine de cette récolte catastrophique.


Gels au printemps, pluies en été

Le printemps a commencé par des températures très basses, voire glaciales dans certains endroits. Le mauvais temps a empêché les abeilles de sortir. La situation a perduré tout le mois de mai jusqu’au début de l’été. En juillet-août, les fortes pluies, la grêle et les inondations ont ralenti considérablement la pollinisation des fleurs de prairie et des arbres fruitiers. Les apiculteurs devaient nourrir leurs colonies d’abeilles pour qu’elles ne meurent pas de faim. Et pour couronner le tout, les passages de grêle et les fortes pluies ont également mis à mal les plantes mellifères de forêt.


Des conséquences sur la pollinisation des fruits

La baisse d’activité des abeilles a également touché les arboriculteurs. Comme les abeilles n’ont pratiquement pas pu sortir et polliniser les arbres, les récoltes de prunes et de cerises ont été elles aussi médiocres. Par conséquent, Apisuisse s’attend à ce que le miel soit introuvable dans de nombreux magasins. Certains apiculteurs ont certainement encore quelques stocks de l’année record 2020. Mais la pénurie devrait tirer le prix de ces produits à la hausse pour les consommateurs. Comme l’écrit 20 minutes, le miel suisse n’est déjà plus disponible dans certains magasins des grands distributeurs.

Le saviez-vous?

La multiplication des reportages et des documentaires dans les médias a donné un élan de popularité aux abeilles et à l’apiculture au cours des dernières années. On peut certainement s’en réjouir. Mais dans le même temps, ce regain d’intérêt a poussé beaucoup de gens à se lancer dans l’apiculture. Malheureusement, beaucoup ont dû rapidement déchanter, faute de remplir les conditions requises. Il faut savoir que l’apiculture exige beaucoup de temps et des connaissances spécialisées, p. ex. pour utiliser les différents biocides employés pour lutter contre le principal ennemi de l’abeille mellifère suisse, l’acarien Varroa. Il s’agit en effet d’éviter l’intoxication des abeilles due à une erreur d’utilisation ou les résidus dans le miel dus à l’emploi de biocides non agréés. Avec abeilles.ch, les organisations d’apiculteurs proposent une plateforme regroupant toutes les informations à connaître sur l’apiculture.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité