Viticulture: les cépages Piwi ont eux aussi besoin d’être protégés

Viticulture: les cépages Piwi ont eux aussi besoin d’être protégés

L’été humide 2021 a causé d’importants dommages dans les vignobles suisses. Les maladies fongiques telles que le mildiou ont notamment mis les vignes à rude épreuve. Une enquête réalisée par les stations viticoles cantonales en Suisse alémanique a révélé que les cépages Piwi sont également touchés par le mildiou et qu’il est nécessaire de recourir à des produits phytosanitaires pour protéger les récoltes.

vendredi 24 juin 2022

La revue spécialisée de l’arboriculture et de la viticulture «Obst- und Weinbau» rapporte que l’année dernière, même les cépages Piwi (résistants aux maladies fongiques) ont été touchés par les champignons. C’est ce qui ressort d’une enquête menée auprès de quelque 130 productrices et producteurs viticoles. Elle a indiqué qu’environ 73% des surfaces Piwi prises en considération étaient touchés par le mildiou, contre 96% dans le cas des cépages standard. Selon l’enquête, les cépages Piwi auraient en outre été touchés plus tard par la maladie. Sur les cépages standard, des symptômes de mildiou ont en effet été détectés avant la floraison, tandis qu’ils sont apparus seulement entre la floraison et la fermeture de la grappe dans le cas des cépages Piwi.

Davantage de traitements les années difficiles

On constate également des différences significatives en ce qui concerne l’infestation du raisin. Alors que seuls 9% des parcelles de cépages standard n’étaient pas touchés, le chiffre s’élevait à 50% pour les cépages Piwi. Bien que ces derniers soient plus résistants au mildiou que les cépages standard, ils ne peuvent néanmoins pas se passer de produits phytosanitaires. Selon la revue «Obst- und Weinbau», les années normales, ils ont besoin de deux à trois traitements à base de cuivre et de soufre. L’année dernière, jusqu’à cinq traitements ont été nécessaires en fonction du cépage.

Articles similaires

Révolution à la ferme
Savoir

Révolution à la ferme

La méthode CRISPR/Cas va révolutionner des pans entiers de la sélection végétale. Elle est plus que bienvenue pour relever les défis qui attendent l’agriculture au cours de ce siècle et qui menacent la sécurité de l’approvisionnement.

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité