Sur la voie de la marginalisation scientifique

Sur la voie de la marginalisation scientifique

Cette semaine, le Conseil national décidera s’il convient de prolonger de quatre ans le moratoire sur les OGM. Au cœur du débat se trouvent les nouvelles technologies telles que l’édition génomique, qui sont également concernées par l’interdiction hostile à l’innovation. Dans la presse suisse romande, une partisane du moratoire et un opposant débattent de l’accord à venir. Et une certitude s’en dégage: les opposants au génie génétique ont du mal à accepter les découvertes scientifiques.

mercredi 22 septembre 2021

Dans le journal suisse romand «24heures», partisans et opposants du prolongement du moratoire sur les OGM s’affrontent avec, dans le clan du pour, la conseillère nationale Isabelle Chevalley, et dans celui du contre, le conseiller national Christian Wasserfallen. Le camp des partisans s’appuie essentiellement sur ce qu’ils considèrent comme un état des connaissances encore insuffisant sur les effets des plantes génétiquement modifiées. Selon Chevalley, il reste encore trop de questions sans réponse. En outre, il est avancé que les consommateurs et consommatrices suisses s’opposent fermement au génie génétique. Pourtant, une étude publiée récemment par gfs bern montre que les consommateurs semblent intéressés par les nouvelles méthodes de génie génétique à condition d’en connaître l’utilité.


Le moratoire bloque l’innovation

Pour Christian Wasserfallen, en revanche, une chose est claire: l’argument du niveau insuffisant de connaissances n’est qu’un prétexte. Une étude nationale a montré que les plantes génétiquement modifiées ne présentaient pas plus de risques que les plantes cultivées de manière conventionnelle. En outre, les nouvelles technologies d’édition génomique sont devenues beaucoup plus précises. Pour Wasserfallen, le fait que les ciseaux génétiques CRISPR-Cas9 soient désormais également couverts par le moratoire sur le génie génétique est l’expression d’une hostilité à l’innovation et à la recherche. L’édition génomique offre des opportunités uniques de réduire l’utilisation des pesticides et la consommation d’eau. Cela pourrait dès lors contribuer à une agriculture plus efficace et plus durable.


La Suisse se marginalise de plus en plus

Alors que la Suisse est connue comme un lieu de recherche réputé, il est regrettable que cette technologie y demeure interdite. D’autres pays tels que l’Australie ou la Grande-Bretagne sont beaucoup plus avancés dans le domaine. Cela dit, la recherche sur les organismes génétiquement modifiés est autorisée en Suisse moyennant le respect de règles strictes. Prenons l’exemple de Reckenholz, dans la banlieue de Zurich, où des plantes génétiquement modifiées sont cultivées dans une installation fermée, placée sous haute surveillance. Il n’en reste pas moins que la Suisse est en retard sur le reste du monde dans le domaine de la recherche appliquée. Elle n’est pas non plus à la hauteur de sa réputation de nation de recherche dans le génie génétique vert. Lors de chaque nouvelle prolongation du moratoire sur les OGM, la Suisse creuse un peu plus le fossé avec la science.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité