Les carottes et les oignons suisses sont une denrée rare

Les carottes et les oignons suisses sont une denrée rare

La Suisse risque de manquer de carottes et d’oignons locaux d’ici le printemps en raison des mauvaises conditions météorologiques de l’été dernier. Les légumes de garde ont été plantés trop tardivement. Les stocks se vident.

mardi 18 janvier 2022

Selon l’Union maraîchère suisse, les stocks de carottes, d’oignons et de céleri-rave sont environ 30% moins importants que la moyenne triennale, selon un rapport du «Blick». Le tableau est encore plus sombre pour les betteraves rouges et le chou rouge: les stocks sont même 50% inférieurs aux volumes habituels.


Des carottes importées en lieu et place des légumes suisses

En clair: les stocks ne suffiront pas jusqu’à la prochaine récolte. Alexander Zogg, directeur de Müller Azmoos AG, dresse le pronostic suivant dans le «Blick»: «Nous ne devrions plus avoir de carottes suisses d’ici la mi-avril.» Son entreprise distribue les légumes de 120 producteurs de légumes de Suisse orientale. Cette année, les premières carottes seront probablement récoltées en juin. D’ici là, il sera sans doute nécessaire d’importer des carottes d’Italie et d’Espagne. La Migros a indiqué au «Blick» que des carottes devront être importées en avril et en mai jusqu’à l’arrivée des nouvelles récoltes suisses à l’été. Il est courant que la Suisse importe des carottes pendant deux à trois semaines en mai. Cette période devrait atteindre six semaines cette année. Les stocks d’oignons suisses devraient eux être épuisés dès la fin mars, selon Alexander Zogg.


Humidité et grêle durant l’été 2021

Les pénuries de légumes de garde suisses s’expliquent par les conditions météorologiques déplorables du printemps et de l’été 2021. Les températures froides, la pluie incessante et la grêle ont détruit une grande partie des récoltes ou ont entraîné un retard de la plantation des légumes. Les légumes ont donc pu pousser moins longtemps que les années normales. Selon le «Blick», la récolte d’oignons a été particulièrement touchée. Le bulbe étant très sensible à l’humidité et à la grêle, de nombreuses exploitations agricoles ont annoncé des pertes totales. Les répercussions des mauvaises conditions météo ont été ressenties jusque sur la Foire aux oignons de Berne de l’année passée. Les quantités d’oignons proposées étaient nettement inférieures à celles des autres années.


Augmentation des prix

Les agriculteurs ont tout de même pu obtenir de bons prix pour la récolte plus faible, leur permettant au moins de compenser quelque peu les pertes. Selon l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG), le prix du kilo des carottes suisses en 2021 était environ 30 centimes plus élevé que les années précédentes. Ce qui correspond à une hausse de 30% par kilo. Les oignons ont parfois coûté 20 centimes de plus par kilo que les années précédentes.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité