Du pain suisse sans céréales suisses?

Du pain suisse sans céréales suisses?

En raison de la météo extrêmement humide de l’été 2021, la récolte des céréales transformées en farine est particulièrement faible. La quantité mais aussi la qualité du froment ont largement souffert. Pour maintenir l’offre pour le pain, la Confédération a dû accorder des contingents tarifaires. Davantage d’importations sont nécessaires.

mercredi 1 décembre 2021

Comme le rapporte «foodaktuell», l’organisation de la branche suisse des céréales, des oléagineux et des protéagineux (Swiss Granum) a subi d’énormes pertes, tant en termes de quantité que de qualité des récoltes en 2021. L’organisation avait déjà émis une mise en garde en septembre. Le froment a particulièrement souffert de l’humidité persistante et des averses de grêle durant l’été. Au total, la récolte des céréales destinées à la boulangerie a chuté de 30% par rapport à l’année précédente. Ce manque ne peut être compensé que partiellement par les stocks actuels de céréales. L’Office fédéral de l’agriculture a donc dû accorder un contingent tarifaire anticipé. Pour couvrir les besoins nationaux, il est nécessaire d’importer plus de céréales.


Des céréales suisses en moins, un label «suissitude» en plus

Dans le même temps, Swiss Granum cherche à renforcer la «suissitude». À ces fins, l’organisation présente la nouvelle marque «Pain suisse». Le pain et les produits de boulangerie fabriqués en Suisse et à partir d’une farine fabriquée à 80% en Suisse pourront recevoir ce label. Selon «foodaktuell», 220 boulangeries se sont déjà inscrites pour cette distinction. Mais une question se pose: un tel label a-t-il du sens, alors que la production nationale de céréales destinées à la boulangerie est insuffisante? Selon Swiss Granum, les objectifs de réduction de la Confédération représentent un obstacle. La réduction massive des produits phytosanitaires renforce la problématique des mauvaises récoltes. Selon l’organisation de la branche, la culture des céréales et des oléagineux doit rester compétitive à l’avenir. Il est nécessaire que la Confédération renforce la sélection des espèces pour privilégier les plantes ayant une résistance élevée aux nuisibles, par exemple.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité