La Suisse doit importer plus de céréales panifiables

La Suisse doit importer plus de céréales panifiables

L’association de branche Swiss Granum a demandé à la Confédération de relever le contingent d’importation de céréales panifiables. Les pertes de récolte de l’année dernière et les stocks en Suisse ne suffiront pas pour répondre à la demande de 2022.

mardi 22 mars 2022

Comme l’écrit «foodaktuell», Swiss Granum a demandé d’augmenter le contingent tarifaire de céréales panifiables de 40 000 tonnes. Sa demande n’est pas liée à la guerre en Ukraine, mais est due à la faible récolte 2021, environ 30% inférieure à celle d’une année normale. Les besoins en céréales s’élèvent à environ 480 000 tonnes et peuvent être couverts avec la récolte indigène et les importations réalisées dans le cadre du contingent tarifaire (70 000 tonnes au maximum). Les stocks de céréales ne suffiront pas jusqu’à la prochaine récolte. Cela concerne en particulier les classes de blé panifiable Top et I, l’épeautre ainsi que les céréales panifiables bio.

Les importations garantissent l’offre

Comme l’écrit Swiss Granum dans son communiqué, la sécurité de l’approvisionnement en Suisse est assurée avec les récoltes indigènes et les stocks obligatoires. Y compris en cas de nouvelle aggravation de la crise. Certes, la sécurité de l’approvisionnement est garantie. Mais cela n’est possible que grâce aux importations. Grâce à sa forte capacité financière, la Suisse peut supporter les hausses de prix sur les marchés mondiaux. La question de savoir s’il est éthique de diminuer la production en Suisse et d’importer les quantités manquantes alors que de nombreux autres endroits du monde sont confrontés à des pénuries mérite pour le moins d’être posée. Dans un entretien avec la «NZZ», Werner Baumann, directeur général de Bayer, déclare: «La filière céréalière est déjà en pleine crise.» Exploiter nos sols fertiles pour produire des denrées alimentaires, c’est faire preuve de solidarité avec le reste du monde. Nous devons voir plus loin que le bout de notre assiette.

L'éclairage

Une production agroalimentaire durable intégrale et une alimentation saine sont des thèmes complexes qui doivent être contemplés sous différents angles. Les réalités qui dérangent n’ont toutefois souvent pas droit de cité dans le débat public. Nous révélons au grand jour ce que d’autres préfèrent garder dans l’ombre. Et mettons ainsi en lumière les conflits d’intérêt.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité