Les pluies incessantes anéantissent les récoltes

Les pluies incessantes anéantissent les récoltes

Les pluies incessantes mettent l’agriculture en danger. Sous l’effet d’une météo fraîche et humide, la maturation de nombreuses cultures peine à se faire et la qualité de la récolte diminue. Les maladies fongiques, tel le mildiou, se propagent à vive allure et menacent les vignobles de Suisse romande. Les pertes se répercutent sur toute la chaîne de production. Si le soleil ne revient pas bientôt, ce sera un désastre.

mercredi 15 septembre 2021

«Il faut qu’on sauve tout ce qu’on peut encore sauver», lâche John Schmalz, directeur du Cercle des Agriculteurs de Genève et Environs dans la «Tribune de Genève». Les intempéries des dernières semaines causent d’énormes difficultés aux producteurs de céréales. Ceux-ci ont déjà trois semaines de retard sur le calendrier. A cause de l’absence de soleil et de chaleur, la maturation des céréales peine à se faire. Les sols ne peuvent plus absorber les énormes quantités d’eau qui tombent du ciel. Au lieu de blondir, le blé se couche et pourrit sur pied. Les lourds engins agricoles, comme les moissonneuses batteuses, s’embourbent dans les sols détrempés. Ils sont bloqués au garage. Impossible de rentrer les récoltes, ni de traiter les cultures.


La qualité des récoltes mise à mal

L’humidité excessive diminue parfois fortement la qualité de la récolte. Elle doit alors passer au séchoir, ce qui fait augmenter les prix. L’humidité provoque aussi la germination des grains et réduit la qualité de la récolte. Le risque de développement des maladies fongiques et de contamination de par des mycotoxines cancérigènes s’accentue. Les graminées qui poussent dans les champs ne sèchent pas et salissent les récoltes. «On s’attend à une baisse de la qualité et au déclassement d’une partie de la récolte en aliments pour animaux», déclare Olivier Sonderegger, directeur de Landi Gros-de-Vaud, dans «24 heures».


La menace du mildiou

L’humidité favorise le développement des maladies fongiques. Les vignerons sont particulièrement touchés. En ce moment, le mildiou explose dans les vignobles de Suisse romande. La bataille contre ce redoutable champignon est impossible à gagner en ce moment. «On a arrêté de compter les jours de réinfection», témoigne le président de la Fédération vaudoise des vignerons, François Montet. Le problème: les intempéries lessivent immédiatement les fongicides pulvérisés. Pour pouvoir appliquer à nouveau des produits phytosanitaires sur les vignes, il faut une fenêtre de sec. Dans les vignobles mécanisables, le problème est le même qu’en plaine: les sols détrempés sont impraticables pour les machines, ce qui complique d’autant la lutte contre le mildiou.


La culture bio particulièrement touchée

Les agriculteurs bio qui recourent au désherbage mécanique sont particulièrement touchés par les intempéries. En raison de l’état des sols, ils n’ont pas pu intervenir à temps. Dans les vignobles, les vignerons bio n’ont pas d’autre choix que de recourir massivement au cuivre pour lutter contre le mildiou. Au domaine de Marcelin, cultivé en biodynamie, on en est déjà à dix traitements au cuivre, alors que c’est habituellement ce que l’on compte pour un an.

Dans un éditorial publié dans «24 heures», la journaliste Cécile Collet rappelle qu’il y a peu, deux initiatives populaires voulaient interdire l’emploi des pesticides. Il est juste de chercher à réduire leur emploi. Pour l’heure, la réalité prend le pas sur la fiction. Les produits phytosanitaires demeurent la meilleure défense contre le mildiou. La recherche doit se poursuivre pour trouver d’autres solutions.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité