La guerre alimentaire

La guerre alimentaire

Les céréales d’Ukraine nourrissent quelque 400 millions de personnes dans le monde, en particulier en Afrique du Nord et au Proche-Orient. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a beau tirer la sonnette d’alarme, le monde politique européen ne donne pas encore la priorité à la sécurité alimentaire de la population mondiale. L’émission de la SRF International met en lumière les difficultés qu’entraîne la guerre en Ukraine, mais esquisse aussi des solutions.

mercredi 6 juillet 2022

En 2021, l’Ukraine a produit 86 millions de tonnes de céréales. La plupart ont été vendues à l’international et ont nourri quelque 400 millions de personnes dans le monde, surtout en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Cette année, la récolte sera inférieure de plus de 30 millions de tonnes. Et impossible d’acquérir rapidement de telles quantités ailleurs.


Interruption de la navigation en mer Noire

En comparaison avec la Suisse, l’agriculture ukrainienne est énorme. En 2021, elle représentait encore 10% du PIB. Kees Huizinga illustre bien cette agriculture performante et orientée vers l’exportation. Le Néerlandais est paysan en Ukraine depuis 20 ans, où il dirige une exploitation affermée de 15 000 hectares. Soit plus de 700 fois la surface moyenne d’une ferme suisse (en moyenne 21,15 hectares par exploitation en 2020, selon l’OFS). Mais, comme dans le reste du pays, l’exploitation souffre des prix élevés et des difficultés d’approvisionnement. Les énormes quantités de céréales produites ne peuvent pas être stockées; les exportations par cargo sur la mer Noire sont bloquées et le transport par camion ne permet que de transporter une fraction des quantités habituelles. Pour l’instant, il n’y a pas de solution à ce problème logistique. Kees Huizinga peut donc encore récolter, mais il ne peut déjà plus tout vendre. À long terme, son exploitation ne pourra pas survivre dans ces conditions. Car le produit des ventes lui permet de financer le carburant, les semis et la protection des plantes. La crise dont sont victimes son exploitation et l’ensemble de l’agriculture ukrainienne l’inquiète, y compris sur le plan humanitaire. Il souhaite continuer à produire et à vendre.


Simplifier le commerce et le transport

Jakob Kern, du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), est lui aussi d’avis que la logistique représente le problème le plus urgent pour l’agriculture ukrainienne et l’alimentation mondiale. Il explique que des camions doivent attendre des jours durant aux frontières européennes avant de pouvoir transporter leurs biens. Il ne se montre pas ouvertement critique, mais pointe certaines questions: pourquoi l’UE restreint-elle autant le commerce de produits agraires? Pourquoi le dédouanement ne peut-il pas être plus rapide? Un marché agraire ouvert ne serait-il pas plus bénéfique à l’Ukraine et à l’alimentation mondiale? Des solutions à court terme ont tout de même été développées pour augmenter les capacités de stockage aux frontières: en quelques semaines, il serait possible de construire de simples silos d’acier permettant de stocker temporairement les céréales à la frontière polonaise. Cela permettrait de créer des «zones tampons» jusqu’à ce que les entreprises de transport soient en mesure d’augmenter leurs quantités.


Des pertes de récoltes à l’avenir aussi

L’agriculture a cela de particulier qu’une saison perdue l’est pour toujours. La guerre en Ukraine a déjà mis à mal trois récoltes, comme le souligne le Néerlandais.

Celle de 2021, stockée en partie dans des silos, ne peut pas être exportée. Certaines terres étant occupées, d’autres ayant été minées et les quantités d’engrais venant à s’amenuiser, l’ensemencement en vue de la récolte de 2022 n’a pas pu se dérouler comme prévu. Et dans certains endroits, la récolte de 2023 ne pourra pas avoir lieu car les exploitations ne seront pas en mesure de transporter ou de vendre leur récolte et n’auront plus les moyens d’investir.

La guerre en Ukraine est donc aussi une guerre alimentaire. Selon Pierre Vauthier, du PAM, la faim menace désormais 47 millions de personnes supplémentaires. La situation est aggravée par des sécheresses en Inde, en Chine et dans certaines régions d’Europe, telles que le nord de l’Italie. Et l’augmentation des prix du blé entraîne une hausse des prix d’autres aliments de base comme le millet, dont la demande augmente. Pour les plus démunis, la situation est désastreuse.

Kees Huizinga critique la politique européenne, car la nourriture ne s’apparente pas aux téléphones portables ou aux voitures, dont on peut se passer: «Sans manger un mois durant, on meurt». Selon lui, les politiciens ne comprennent pas cet aspect central de l’agriculture.


Reconstruction planifiée à Lugano

Les 4 et 5 juillet 2022, Lugano accueillera la première conférence consacrée à la future reconstruction de l’Ukraine. Au vu des défis, il s’agira de garantir la production agricole en Ukraine et la vente des produits correspondants sur les marchés mondiaux. Josef Schmidhuber, vice-directeur de la division Marchés et commerce auprès de la FAO à Rome, nous explique le problème. Il rappelle que l’agriculture est entre autres financée par des crédits: «Si les agriculteurs ne peuvent pas vendre leur récolte et ne touchent pas de crédits pour l’année à venir, ni d’avances en termes de diesel, semis, pesticides, protection des plantes, etc., il se peut que la production chute à nouveau.» Les répercussions seraient alors terribles pour l’Ukraine, mais aussi pour les marchés mondiaux.

Dans la petite Suisse, on peine à se représenter les dimensions de l’agriculture ukrainienne. Mais à Lugano, il faudra être capable de voir les choses en grand et d’identifier des solutions pour une agriculture et une économie alimentaire globales. Les États et le secteur privé doivent travailler main dans la main. Pour garantir à la fois l’agriculture ukrainienne, axée sur l’exportation, et l’alimentation mondiale.

Articles similaires

Production: plus de nourriture avec moins de ressources
Savoir

Production: plus de nourriture avec moins de ressources

L’un des plus grands défis de ce siècle sera de nourrir de manière sûre et durable environ dix milliards de personnes. Pour atteindre cet objectif, il faut une agriculture nettement plus productive. Les ressources naturelles telles que les sols et l’eau se raréfient et doivent être protégées.

Production de blé: la vague de chaleur qui frappe l’Inde perturbe l’approvisionnement mondial
Actualité

Production de blé: la vague de chaleur qui frappe l’Inde perturbe l’approvisionnement mondial

L’Asie du Sud est actuellement frappée par une vague de chaleur exceptionnelle qui menace les récoltes de nombreux cultivateurs. Face à l’urgence, l’Inde a annoncé qu’elle interdisait les exportations de blé. L’Inde est le deuxième plus grand producteur de blé au monde. Déjà tendue en raison de la guerre en Ukraine, la situation sur les marchés agricoles devrait donc encore s’aggraver.

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité