Enthousiasme des étudiants pour la biotechnologie

Enthousiasme des étudiants pour la biotechnologie

La biotechnologie suscite l’enthousiasme. Sous l’effet de la pandémie de Covid-19, elle bénéficie d’un intérêt grandissant auprès du grand public. Grâce à elle, il a été possible de développer en un temps record des vaccins à ARN messager extrêmement efficaces. Au cours de ces dernières années, elle a enregistré un véritable boom chez les étudiants. Ce dont se félicite la branche, en forte croissance en Suisse.

mardi 14 septembre 2021

Comme le relate «SRF Trend», la biotechnologie est en pleine croissance en Suisse. Les entreprises de la branche courtisent la relève et recrutent à tour de bras. Chez les jeunes, l’intérêt est là. Beaucoup veulent faire des études qui leur ouvriront les portes d’une grande carrière dans une entreprise de la biotechnologie. Le sujet passionne, comme le révèle le magazine économique SRF Trend de la radio alémanique. L’étude de la vie, des cellules et des gènes enthousiasme les jeunes. Depuis l’éclatement de la pandémie, le public aussi s’intéresse de plus en plus pour ce thème: «Avant, quand je racontais quelque chose à la maison, personne ne comprenait vraiment ce que je faisais. Moi aussi je fabrique des anticorps. Aujourd’hui, chacun sait ce qu’est un anticorps. Les gens s’intéressent à mon travail. C’est très gratifiant», se réjouit Patrick, doctorant. Les étudiants en biotechnologie et en sciences de la vie sont de plus en plus souvent approchés par des non-spécialistes pour répondre à des questions sur les mutations de virus ou le fonctionnement des vaccins à ARN messager. Leur prestige dans la société augmente.


Boom de la biotechnologie

Avant la pandémie déjà, les sciences de la vie étaient très en vogue auprès des jeunes. En Suisse, l’industrie déploie de nombreux efforts pour séduire les diplômés. Car les entreprises ont un urgent besoin de sang neuf. En un an seulement, les entreprises de la biotechnologie en Suisse ont vu leurs effectifs augmenter de 8%. L’exemple le plus fameux est celui de Lonza, qui fabrique le vaccin contre le coronavirus de l’entreprise américaine Moderna. Sur son siège de Viège, elle a créé 1200 emplois.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité