En attendant les abricots résistants

En attendant les abricots résistants

En temps normal, les premiers abricots du Valais arrivent sur les étals en plein été. Cette année, il en ira différemment. Les nuits glaciales d’avril ont détruit la quasi-totalité des récoltes. Pour éviter que ce genre d’épisodes se reproduise, le centre Agroscope de Conthey travaille depuis quelques années au développement de variétés d’abricots résistantes.

mardi 14 septembre 2021

«En trente ans de métier, je n’avais jamais vu cela», s’émeut Emmanuel Chassot, arboriculteur dans le Bas-Valais, dans le «Tages-Anzeiger». Cette année, il ne récoltera pas le moindre abricot. La faute aux températures glaciales du printemps. À la fin du mois de mars, sous l’effet de températures très douces, les abricotiers se sont mis à bourgeonner. Les températures ont ensuite chuté. Dans la nuit du 6 au 7 avril, on a mesuré -8° C dans la région. La neige et un vent violent s’en mêlèrent. «Lorsque tout arrive en même temps, tu es perdu», constate M. Chassot. En une seule nuit, il a perdu toute sa récolte d’abricots. Beaucoup de ses collègues ont connu le même sort. Le Service de l’agriculture du canton a annoncé que cette année, il fallait s’attendre à ce que seuls 15% de la quantité habituelle d’abricots puissent être récoltés.


Résister aux extrêmes climatiques, aux attaques fongiques et aux ravageurs

D’autres années, les arboriculteurs valaisans ont vu leurs récoltes menacées par des ravageurs. Par exemple le Monilia, un champignon qui provoque le pourrissement des fruits. Ou la cochenille, qui est apparue il y a quelques années, et qui se manifeste par l’apparition de taches blanches sur les fruits. Le problème de la cochenille a pu être maîtrisé, a déclaré au «Tages-Anzeiger» Willy Giroud, président de la Chambre valaisanne d’agriculture. Par contre, les agriculteurs restent impuissants face aux caprices de la nature, comme le vent, la neige et le froid. Mais il existe un espoir. Le centre Agroscope de Conthey travaille depuis quelques années au développement de variétés résistantes. L’abricot recherché doit être aussi beau que bon. Il doit aussi résister aux maladies et aux extrêmes climatiques.

Bon à savoir
La fruiticulture exige de nombreuses connaissances techniques, car les cultures sont exposées à toutes sortes de maladies et ravageurs. Le Bulletin phytosanitaire Pflanzenschutzbulletin Obst Mittelland, publié par les différents centres de compétences et instituts de recherche publics en protection phytosanitaire, offre un aperçu de la complexité de la matière.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité