Une sourde menace plane sur la sécurité alimentaire

Une sourde menace plane sur la sécurité alimentaire

L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) a émis une mise en garde à propos de la présence d’entérobactéries dans des préparations de céréales Bimbosan «Bio-Hosana». Un danger pour la santé ne pouvant être exclu, l’OSAV recommande de ne pas consommer les produits concernés. Des contrôles ont révélé la contamination. La sécurité alimentaire en général est toutefois en péril. Les mycotoxines sont particulièrement redoutables en raison de leurs effets cancérigènes.

lundi 6 juillet 2020

L'essentiel en bref

  • En Suisse, une alimentation sûre et saine n’est pas non plus une évidence.
  • Les contaminations par la listeria ou les norovirus sont fréquentes.
  • Les mycotoxines sont particulièrement dangereuses. Il s’agit de moisissures qui sont cancérigènes.

Pour de nombreux parents qui achètent du bio en pensant donner le meilleur à leurs enfants, la nouvelle a dû faire l’effet d’un choc. La préparation de céréales bio peut mettre la santé des enfants en danger. Les consommateurs n’ont pas d’autre choix que de faire confiance aux fabricants. Les contaminations ne sont pas détectables à l’œil nu. Le Bio Bimbosan n’est pas un cas isolé, tant s’en faut. De telles contaminations se produisent même fréquemment. L’OSAV publie alors une mise en garde pour avertir les consommateurs de la présence de listeria dans le fromage ou de norovirus dans les moules. Des menaces planent sur la sécurité alimentaire. L’un des dangers vient des mycotoxines, soit les toxines produites par des champignons proliférant notamment sur les noix ou les céréales, par exemple.


Les mycotoxines à l’origine de nombreux décès par cancer du foie

La mycotoxine la plus toxique est l’aflatoxine, produite par un certain champignon. Selon le Consumer Choice Center, chaque année, rien qu’en Europe, des dizaines de milliers de décès par cancer du foie sont à imputer à cette mycotoxine. Le problème est encore plus grave dans les pays en développement. Des experts estiment que les aliments contaminés aux aflatoxines tuent plus que la malaria et la tuberculose. En Afrique, environ 40% des décès par cancer du foie seraient liés à la consommation de denrées alimentaires contaminées aux aflatoxines.


Des moisissures très répandues

Des moisissures pathogènes peuvent se développer aussi bien avant qu’après les récoltes si les végétaux ne sont pas protégées adéquatement par des fongicides. Le Consumer Choice Center relate qu’au Kenya, récemment, environ quatre millions de sacs de maïs ont dû être détruits pour cause de contamination par des mycotoxines. Souvent, pourtant, les contaminations passent inaperçues et finissent dans la chaîne alimentaire, avec des conséquences fatales. Les produits laitiers aussi sont menacés lorsque le fourrage est atteint. Un climat chaud et humide, les dommages dus aux insectes et des conditions de stockage non conformes favorisent la prolifération des mycotoxines. Elles se retrouvent dans toutes sortes de produits: le blé, les pistaches, les noisettes, les mélanges d’épices, les pastèques... On recourt à des fongicides pour prévenir le développement des moisissures et parer aux contaminations. Certains de ces fongicides sont utilisés dans les champs, d’autres dans les entrepôts de stockage.


Les fongicides, un instrument de lutte efficace contre les mycotoxines

Du point de vue de la sécurité alimentaire et de la santé des consommateurs, il est irresponsable de renoncer aux fongicides tant qu’aucune méthode de substitution, telle l’édition génomique, n’est disponible. L’édition génomique permet de renforcer les mécanismes de défense des plantes contre les attaques fongiques. Renoncer aux fongicides sans avoir d’alternatives revient à mettre en danger la santé humaine. La sourde menace que les mycotoxines font planer sur la santé et la sécurité alimentaire est encore trop souvent négligée. On critique souvent les pesticides, mais en réalité, c’est l’absence de fongicides qui présente un danger mortel. C’est dans ce contexte extrêmement préoccupant qu’une initiative populaire voudrait interdire en Suisse l’utilisation des fongicides de synthèse, tant pour la production indigène que pour les importations. Les conséquences pour la sécurité alimentaire seraient désastreuses.

Bon à savoir

Les denrées alimentaires contaminées sont une réelle menace. Chaque année dans le monde, environ 600 millions de personnes souffrent de maladies d’origine alimentaire. On estime à trois millions le nombre de décès imputables à des maladies contractées en consommant des denrées alimentaires ou de l’eau insalubres. Aucune région du monde n’est épargnée. Dans nombre de régions, des progrès importants ont certes été accomplis depuis les années 80, mais le problème reste d’une urgente actualité.

Les dangers pour la sécurité alimentaire peuvent se produire tout au long de la chaîne alimentaire, de la fourche à la fourchette. Nombre d’entre eux surviennent au cours de la préparation des aliments. Dans la cuisine, il faut prendre toutes les précautions possibles pour garantir la propreté et la sécurité alimentaire. Les mesures qui peuvent être prises plus en amont du processus pour garantir la sécurité sanitaire des aliments, notamment dans les exploitations agricoles où ils sont produits, sont moins connues. La sécurité alimentaire commence par de bonnes pratiques agricoles, notamment par la protection des cultures contre des contaminations par des microorganismes pathogènes et d’éventuelles toxines.

Articles similaires

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais
Savoir

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais

La demande en produits régionaux ne pourrait pas être plus grande. C'est ce que montre une nouvelle étude de la Hochschule für Wirtschaft in Zürich. Les consommateurs estiment même que les produits régionaux sont nettement plus durables que les produits bio ou premium.

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique
Savoir

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique

Jamais encore le choix de variétés de tomates n’avait été aussi vaste.

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État :  une proposition qui n’est ni durable, ni rentable
Savoir

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État : une proposition qui n’est ni durable, ni rentable

Une réduction des pesticides dans la culture du blé et du colza diminue sensiblement les rendements. Selon une étude parue dans la revue Recherche agronomique Suisse montre, ces pertes de récoltes ne peuvent être compensées que par des aides étatiques. Cette proposition n’est ni durable, ni rentable.

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Autres contributions dans Savoir