Protection hightech des plantes: «Le GPS au lieu de la mousse anti-incendie»

Protection hightech des plantes: «Le GPS au lieu de la mousse anti-incendie»

Les progrès techniques et la numérisation envahissent aussi l'agriculture. Grâce à la haute technologie, la protection des plantes devient de plus en plus efficace. Pour le plus grand bien de l’environnement. Nous avons accompagné Werner Rüttimann, un agro-entrepreneur qui soutient les agriculteurs dans le domaine de la protection des plantes.

mercredi 29 janvier 2020

L'essentiel en bref

  • La numérisation fait également son entrée dans l’agriculture.
  • L’utilisation de produits phytosanitaires se fait aujourd'hui à l'aide de logiciels et de GPS.
  • Les agriculteurs et l’environnement profitent également d’une application de haute précision.

Lorsque Werner Rüttimann se voit confier une mission de protection des plantes, il ne prend pas aussitôt place à bord de son véhicule. Il commence par traverser le champ à traiter à pied. Il contrôle l’état des cultures ou la vague de dommages due aux ravageurs pour connaître le meilleur moment pour intervenir. Car c’est uniquement à ce moment que l'utilisation des produits phytosanitaires a un sens. De retour du champ, il passe au travail sur ordinateur. Chaque intervention est minutieusement planifiée, à la manière un peu d’un vol de ligne. Les temps où les agriculteurs épandaient leurs produits plus ou moins à vue d’œil sont révolus depuis longtemps. La mission est planifiée à l'aide d'un logiciel ad hoc qui livre une base de planification précise à partir des interventions déjà réalisées dans ce même champ et de Google Maps. Le but est de ne pas utiliser plus de produits que nécessaire. «Outre l’économie d’argent pour l'agriculteur, cette planification minutieuse vise en premier lieu la minimisation de l’impact sur l'environnement», explique Werner Rüttimann.


Haute précision grâce au GPS

Une fois que la quantité à remplir a été calculée, que le produit a été transvasé dans les règles et que le véhicule a été contrôlé, M. Rüttimann s'installe à bord puis démarre. Alors qu’autrefois on préparait les pulvérisateurs en évacuant l'eau de nettoyage contaminée, souvent avant de rejoindre les champs, ceux-ci sont désormais prêts à être utilisés dès la première seconde grâce à un système en circuit fermé. Pour le bien de l'environnement. L'épandage lui-même est assisté par ordinateur et de ce fait très précis. Le guidage GPS et la possibilité d'activer et de désactiver différentes buses à l’aide de l’informatique permettent d'éviter presque totalement les chevauchements inutiles. «Dans le passé, nous utilisions de la mousse anti-incendie pour marquer les zones déjà traitées. Grâce au GPS, le véhicule avance presque au centimètre près. Le logiciel garantit que seules les buses vraiment nécessaires sont activées», se réjouit M. Rüttimann à propos de ces avancées techniques majeures.

Pour illustrer cette technique de pulvérisation de haute précision, M. Rüttimann a «traité» une surface dure avec de l'eau. Comme on le voit, il n'y a presque pas de chevauchements.
Pour illustrer cette technique de pulvérisation de haute précision, M. Rüttimann a «traité» une surface dure avec de l'eau. Comme on le voit, il n'y a presque pas de chevauchements.

Presque comme un cockpit d'avion

Mais le GPS n'est de loin pas le seul instrument à disposition. Aujourd’hui, la cabine d’un véhicule de pulvérisation a bien des ressemblances avec le cockpit d’un avion. Divers écrans servent à contrôler et surveiller les pulvérisations. On utilise par exemple des ultrasons, des hygromètres ou des anémomètres, le tout sur une base numérique bien sûr. «Cela nous permet d’accroître l'efficacité. Si, par exemple, l'hygromètre indique que l'air est trop sec, nous interrompons le traitement. Les ultrasons sont utilisés pour conserver une distance idéale par rapport au sol ou aux plantes. Trop de vent est une autre raison de reporter notre intervention.» Toute cette technologie contribue à protéger l'environnement. Le recours à un logiciel de commande moderne offre des gains d’efficacité supplémentaires. Il garantit que la quantité de produits calculée est épandue avec régularité et précision jusqu'à la dernière goutte, en fonction de la vitesse du véhicule et des influences environnementales. Grâce aux ultrasons et au GPS, il est aujourd’hui possible de travailler la nuit avec exactement la même précision que le jour. Les interventions de nuit permettent de protéger certaines espèces d'insectes, les abeilles en particulier.

Comme dans le cockpit d'un avion, ou presque: les véhicules modernes de pulvérisation sont des centres de calcul mobiles qui utilisent la technologie de manière ciblée pour mieux protéger l'environnement.
Comme dans le cockpit d'un avion, ou presque: les véhicules modernes de pulvérisation sont des centres de calcul mobiles qui utilisent la technologie de manière ciblée pour mieux protéger l'environnement.

Une application ciblée plutôt qu’un nuage de pesticides

Le plus grand progrès technique de ces dernières années concerne la technologie des buses. Depuis quelques années, les simples buses à jet plat cèdent peu à peu la place à des buses modernes à injection. Avec leurs gouttes plus grosses, ces buses sont beaucoup moins sensibles au vent, qui permet d'éviter presque totalement le phénomène de dérive, soit l’application de produits phytosanitaires en dehors de la zone à traiter. Les buses à injection permettent également une meilleure pénétration, ce qui accroît l’efficacité. Même le profane reconnaît ces progrès techniques: alors que le véhicule de pulvérisation traînait autrefois un fin brouillard derrière lui, avec les systèmes modernes, le produit pulvérisé est à peine visible à l'œil nu.


Le développement pour le bien de l'environnement se poursuit

Le progrès technique et la numérisation réduisent les besoins en pesticides de manière significative. C’est particulièrement bénéfique pour l'environnement. Mais d’autres progrès sont à venir et il faut s'attendre à ce qu'il soit possible de travailler encore plus efficacement à l'avenir. «Un grand potentiel serait que tous les agriculteurs basculent vers la technique ultramoderne. Ce qui donnera de nouvelles impulsions pour plus d’efficacité dans les années à venir», nous confie M. Rüttimann. Avant de partir nettoyer son équipement de façon professionnelle et écologique sur une place de lavage dernier cri. Cette étape-là, c'est encore du solide travail à la main. Pour l'instant.

Articles similaires

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais
Savoir

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais

La demande en produits régionaux ne pourrait pas être plus grande. C'est ce que montre une nouvelle étude de la Hochschule für Wirtschaft in Zürich. Les consommateurs estiment même que les produits régionaux sont nettement plus durables que les produits bio ou premium.

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique
Savoir

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique

Jamais encore le choix de variétés de tomates n’avait été aussi vaste.

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État :  une proposition qui n’est ni durable, ni rentable
Savoir

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État : une proposition qui n’est ni durable, ni rentable

Une réduction des pesticides dans la culture du blé et du colza diminue sensiblement les rendements. Selon une étude parue dans la revue Recherche agronomique Suisse montre, ces pertes de récoltes ne peuvent être compensées que par des aides étatiques. Cette proposition n’est ni durable, ni rentable.

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Autres contributions dans Savoir