Les scarabées japonais sont à signaler immédiatement!

Les scarabées japonais sont à signaler immédiatement!

Le scarabée japonais menace de se propager en Suisse. Ce ravageur redoutable, arrivé en Suisse il y a quatre ans, a été observé pour la première fois au Tessin. Pour empêcher sa propagation, Agroscope a mis au point un outil innovant pour permettre à la population tessinoise de signaler rapidement les observations de terrain.

mardi 14 septembre 2021

Grâce à une application Web conviviale, les Tessinois peuvent signaler les scarabées japonais qu’ils repèrent. Comme l’écrit Agroscope dans un communiqué de presse, ce système permet de surveiller la diffusion du scarabée et d’intervenir rapidement pour empêcher sa propagation. Les Tessinois sont invités à signaler et à reporter leurs observations sur une carte interactive. La collaboration entre la science et la population est extrêmement importante. Il est essentiel d’identifier le plus tôt possible la présence de ce ravageur, car une fois établi, le scarabée japonais est difficile à éradiquer. La lutte contre les adultes, qui causent la majorité des dégâts, est presque impossible. On peut en revanche éliminer les larves par des mesures de lutte biologique. Cela suppose de bien observer les scarabées japonais en automne pour détecter les lieux de ponte dans le sol.

Der invasive Japankäfer wurde in der Schweiz erstmals 2017 im Kanton Tessin entdeckt. (Bild: Agroscope)
Der invasive Japankäfer wurde in der Schweiz erstmals 2017 im Kanton Tessin entdeckt. (Bild: Agroscope)

Signes distinctifs

Le scarabée japonais mesure entre huit et douze millimètres de long. Trois signes distinctifs le caractérisent en particulier: un bouclier vert métallique brillant, cinq touffes de poils blancs de chaque côté de l’abdomen et deux touffes supplémentaires sur le dernier segment abdominal. Le scarabée japonais se nourrit de feuilles, fleurs et fruits de différentes espèces végétales et causent parfois d’importants dégâts aux cultures. En Suisse, il peut attaquer par exemple la vigne, les baies, les fruits à noyau, le pommier, le maïs et le soja. Il touche également des espèces ligneuses comme l’érable, le bouleau, le hêtre, le chêne, le tilleul, le peuplier et le saule. Au Tessin, on a observé jusqu’à présent surtout des dégâts sur la vigne.

Les néobiotes progressent en Suisse

Le terme néobiote désigne des organismes exotiques introduits dans l’espace européen, où ils n’étaient auparavant pas indigènes, volontairement, accidentellement ou parce que les conditions de vie se sont adaptées à celles des néobiotes en raison du changement climatique. Étant donné que les néobiotes viennent souvent du sud, le Tessin est particulièrement touché. Ils sont considérés comme «envahissants» lorsque leur capacité d’expansion risque de causer des dommages écologiques, sociaux ou économiques.

Les néobiotes sont de plus en plus nombreux en Suisse, sous l’effet conjugué notamment de la globalisation des échanges commerciaux et du changement climatique. Au vu des dommages considérables qu’ils peuvent causer dans les cultures, une lutte coordonnée et ciblée est indispensable à l’échelle nationale.

Timbre spécial

En 2020, pour marquer l’Année internationale de la santé des végétaux, la Poste Suisse a édité un timbre spécial à l’effigie du scarabée japonais en collaboration avec le Service phytosanitaire fédéral. Le but de cette opération était de sensibiliser la population à la menace des espèces envahissantes et d’aider à leur détection précoce.

Articles similaires

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Les ravageurs invasifs voyagent avec nous
Savoir

Les ravageurs invasifs voyagent avec nous

Les ravageurs et les maladies végétales invasives font partie des plus grands défis pour la biodiversité et l'agriculture. Ils arrivent souvent en Suisse par le biais du trafic touristique ainsi que par l'importation de marchandises et causent d'importants dégâts aux plantes cultivées et sauvages. Depuis 2020, l'importation de plantes en provenance de pays non membres de l'UE est interdite. Les ravageurs introduits sont toutefois un problème mondial.

Le scarabée du Japon, grand voyageur, menace les plantes indigènes
Savoir

Le scarabée du Japon, grand voyageur, menace les plantes indigènes

Le scarabée du Japon a été découvert pour la première fois en Suisse en 2017 au Tessin. Il a désormais atteint le nord des Alpes. Après des découvertes à Bâle-Ville et à Soleure, une population importante de coléoptères a été trouvée pour la première fois à Kloten. Ils sont combattus à l'aide de pièges, mais aussi de produits phytosanitaires.

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»
Actualité

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»
Actualité

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»

L'interdiction du Golden Rice continue de faire des vagues. De plus en plus de scientifiques s'expriment et dénoncent cette décision. Ils vont de "alarmant" à "catastrophe" en passant par "des enfants qui meurent".

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D
Actualité

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D

Les méthodes modernes de sélection peuvent contribuer à améliorer la santé. C'est pourquoi Bayer souhaite utiliser l'édition du génome pour produire des légumes plus nutritifs. En collaboration avec l'entreprise de biotechnologie sud-coréenne G+FLAS, des variétés de tomates enrichies en vitamine D3 vont être développées. La carence en vitamine D est très répandue et peut entraîner des problèmes de santé tels que le rachitisme ou l'ostéoporose.

Autres contributions dans Actualité